Encore de nouvelles tentatives pour aller vers un semblant d’assistance afin de pouvoir espérer accéder un jour à la « justice » de la sous-France

Ces échanges montrent les difficultés et les contradictions rencontrées par une personne autiste dans l’accès à l’aide juridictionnelle en France, mettant en évidence les lacunes systémiques du système judiciaire qui affectent disproportionnellement les personnes autistes et celles résidant à l’étranger :

Les interactions avec les services judiciaires français ont été marquées par des frustrations considérables et un manque de clarté et de soutien. Le retrait d’un avocat sans explications claires et les difficultés à obtenir une représentation adéquate indiquent un manque de continuité et de soutien dans le système d’aide juridictionnelle, qui est censé garantir le droit à une défense. De plus, l’absence de réponse aux courriels et autres formes de communication aggrave ces problèmes, ce qui peut être particulièrement difficile à gérer pour une personne autiste nécessitant des structures de communication claires et constantes. La complexité bureaucratique et les instructions contradictoires aggravent la situation, compromettant les droits et la dignité de l’individu.

Les contradictions principales dans les réponses du système judiciaire comprennent :

Instructions contradictoires sur l’aide juridictionnelle :

Il a été initialement indiqué qu’il n’était pas nécessaire de refaire une demande d’avocat après le retrait du premier, suggérant une réaffectation automatique qui n’a jamais eu lieu.
Ultérieurement, il a été indiqué qu’une nouvelle demande était nécessaire, ce qui contredit les informations précédentes.

Communication et suivi :

Des courriels et des lettres ont été régulièrement envoyés sans recevoir de réponses ou d’accusés de réception, ce qui contredit l’obligation des services publics de répondre.
Lors des échanges téléphoniques, il a été suggéré de rédiger et d’envoyer des courriels pour formaliser les demandes, bien que ces mêmes courriels restaient sans réponse, créant une boucle de non-communication.

Gestion du dossier juridique et information sur les procédures :

Il a été mentionné que vous aviez été jugé sans avocat, ce qui semble aller à l’encontre des principes fondamentaux de la justice, en particulier pour une personne éligible à l’aide juridictionnelle.
Vous avez été informé après un jugement que vous aviez seulement deux mois pour faire appel, mais la notification de la décision vous a été parvenue trop tard pour exercer cette option, soulevant des questions sur l’équité du processus.

Blocage de la communication :

Votre adresse e-mail a été bloquée, vous empêchant de communiquer efficacement avec le service d’aide juridictionnelle, alors qu’on vous demandait d’utiliser ce même canal de communication pour vos requêtes.

Conseils sur la gestion de votre cas :

Il vous a été conseillé de chercher un nouvel avocat et de faire appel, tout en affirmant simultanément que rien ne pouvait être fait une fois le jugement prononcé, ce qui est contradictoire et peut prêter à confusion.

Refus d’assistance par les avocats :

Plusieurs avocats vous ont dit qu’ils n’avaient pas envie de vous aider, ce qui est contradictoire avec la notion que l’administration française présente constamment les avocats comme la solution pour garantir l’accès à la justice.

Ces contradictions signalent non seulement des problèmes de communication entre vous et les services de justice, mais aussi des failles potentielles dans le suivi et le traitement administratif de votre dossier. Elles exacerbent le sentiment d’injustice et de non-accès à des moyens de défense appropriés, en particulier pour une personne nécessitant des adaptations spécifiques liées à son handicap. Lire plus …

Ma singulière rencontre avec la Ministre du handicap de la France

Chère Madame la Ministre Fadila Khattabi, je tiens à vous remercier de m’avoir accordé une rencontre cet après-midi (12/12/2023), en dépit de son caractère plutôt surréaliste et malheureusement peu productif.

On me permettra peut-être d’en livrer, non pas tous les détails, mais du moins les plus marquants (au cas où cela pourrait intéresser une ou deux personnes dans le monde). Lire plus …

Torture administrative française : synthèse audio pour le Secrétariat du Cabinet de la Ministre du Handicap de la France

Puisque les gens ne comprennent pas ce que j’écris, voilà un résumé en audio (envoyé par email). Il me semble que c’est vraiment synthétique et clair. Et si ça ne l’est pas assez, ben, comme d’habitude, c’est ma faute alors. Pardon d’exister etc.  

Torture administrative française : encore une nouvelle demande d’aide ou au moins de réponse ou de quelque chose

Mesdames

Depuis que le BAJ de Brest (non content de ne pas m’aider et de ne me fournir les informations que par le biais d’énigmes) a bloqué mon adresse email – vraiment sans motif valable – le caractère torturant des maltraitances administratives françaises qui me sont imposées est irréfragable.

Ceci n’est pas amoindri par l’absence d’aide et même de réponses de la part des autorités en charge du handicap et de l’autisme. Lire plus …