Bureaucratistan – Impôts: Nouveaux errements rocambolesques et fatigants par l’Aboministration française

Nouvelle facétie de l’Aboministration française

 

Eric LUCAS @gmail.com

01:33 (il y a 13 heures)

 
À ***@dgfip.finances.gouv.fr
05-***
 
Monsieur David T., Comptable public
 
Rio de Janeiro, le 07/02/2022
 
Monsieur le Comptable public
 
La magie de l’Aboministration française – jamais avare en matière d’absurdités – fait que je reçois un commandement de payer 463 € et une amende de 180 € (très princièrement minorée à 144 €), lesquels ne me concernent en rien.
 
J’ai l’honneur de vous informer de ce qui suit :
 
– Je n’ai jamais pris le train dans le département ***, et j’espère bien ne jamais avoir à le faire ;
 
– Si j’ai quitté votre pays de sous-France fin 2015 à force de décennies de supplices administratifs, ce n’est pas pour devoir subir à nouveau – 6 ans plus tard – de nouveaux sévices administratifs encore plus rocambolesques que les autres, et ce n’est pas peu dire : j’ai le droit à la sérénité mentale.
 
Aussi, je vous serais reconnaissant de bien vouloir – si cela vous est possible – prendre les dispositions adéquates pour mettre fin à ce dysfonctionnement.
 
Je rappelle que j’ai déjà demandé maintes fois – par des messages sur votre site – à être totalement désolidarisé (fiscalement) de *** ***, mais j’ai l’impression de « parler chinois »…
 
J’aimerais donc savoir si vous pourriez m’expliquer pourquoi mes demandes légitimes ne sont pas prises en compte, et m’indiquer ce que vous comptez faire pour y remédier, ou ce que vous pensez que je devrais faire à cet effet.

J’ai déjà expliqué que je n’ai pas à être asservi aux actions ou inactions d’autrui, même en étant lié par un Pacs.
 
J’ai demandé à être « non-résident » fiscalement, justement pour qu’on me laisse tranquille, et depuis, c’est le contraire qui se passe et on m’envoie des lettres à dormir debout (c’est la troisième).
Que faut-il donc faire pour avoir la paix ? Aller sur Mars ??
 
La France : j’ai déjà donné, merci.
Qu’on me laisse tranquille, de grâce.
 
Dans l’espoir de votre compréhension et de votre diligence éventuelles, je vous prie d’agréer, Monsieur le Comptable public, l’expression de mes salutations distinguées – et plus que fatiguées.
 

Eric LUCAS
Martyr de l’Administration Française
Autiste CIM-10 F84.5 à haut potentiel altruiste

Rescapé de la psychiatrie publique française et de ses médesinges – Martyr Administratif Français depuis 1994
Torturé en 2002-2006 et persécuté depuis 2020 par le Ministère des Aff(ai)res Etrang(èr)es de la France
Fondateur de AllianceAutiste.org, Autistan.org et Autistance.org en 2014
Demandeur d’asile auprès de la République fédérative du Brésil depuis 2017

EricLucas.org

« (…) aux personnes en situation de handicap (…), je veux ici dire très solennellement que la République sera toujours à leurs côtés et qu’à chaque fois qu’il y a une difficulté, une impasse, une épreuve, qu’ils n’ajoutent pas une forme de culpabilité, à ce qu’ils vivent : c’est la nôtre de culpabilité, pas la leur. Eux, ils ont à croire dans leurs rêves. Votre différence, ça n’est pas celle que nos regards, trop habitués aux normes, croient voir. Votre différence, c’est votre potentiel. » –  Emmanuel MACRON, 11/02/2020
 

CFP *** Amendes

07:44 (il y a 7 heures)

 
À moi

Bonjour,

Pour l’examen de votre demande, veuillez préciser vos NOM PRENOM date et lieu de naissance et votre adresse.

merci et cordialement


DGFIP Service Traitement des mails
Centre finances Publiques de ***
TRESORERIE DE ***AMENDES
***
***
tel : ***

Eric LUCAS

15:02 (il y a 29 minutes)

 
À CFP
Bonjour et merci pour le fait d’avoir répondu.
 
J’ai expliqué que je ne veux plus être ennuyé par l’Administration française, mais vous continuez avec les « tracasseries administratives » inutiles, qui – au point où j’en suis (exilé et demandeur d’asile à cause de votre pays) – relève de la torture sur personne handicapée.
 
Vous souhaitez vraiment insister et ignorer encore et toujours ce que j’explique et ce que je demande ?
 
Je vous ai envoyé la référence « 05-*** » (« référence de l’acte ») : vous ne l’avez pas vue ?
Ou si vous l’avez vue, celle-ci ne permet pas de trouver à qui ça correspond ??…
 
Quant à mes NOM et PRENOM, c’est écrit en bas de tous mes emails… Faut-il aussi l’écrire à l’intérieur d’une phrase ?  Si c’est pas de la torture, c’est quoi ?…
 
Puisque le calvaire doit continuer à vie, j’aimerais au moins comprendre.

Dans l’espoir de vos explications.

Merci.

 
Eric LUCAS
 

CFP *** Amendes

9 févr. 2022 05:38 (il y a 7 jours)

 
À moi

Monsieur,

la messagerie de la trésorerie de *** amendes n’est pas une messagerie instantanée.

merci de renouveler votre message en prenant un nouveau message qui indiquera

vos NOM PRENOM date et lieu de naissance et votre adresse et joindre la copie de l’avis reçu de la trésorerie de *** amendes ou toute référence de l’acte ou de l’avis (référence trésorerie).

et précisera votre demande.

merci et cordialement


–> Là je dois dire qu’ils se sont surpassés…
C’est quoi cette histoire de « messagerie instantanée » ???
Au départ j’ai envoyé un email à une adresse email, ils m’ont répondu, j’ai répondu…
Où est le problème ???

« renouveler votre message en prenant un nouveau message », ça veut dire quoi ???
Ca veut dire faire un nouveau message sans les échanges antérieurs, pour qu’ils comprennent ENCORE MOINS BIEN ???

C’est pire que ce que j’imaginais…

Là on est vraiment au plus profond du centre du trou du derrière du Moronistan…
Et je sens qu’ils sont capables de creuser…

Quand on pense que ces gens sont payés………………………………

Vraiment une Administration de mer chienlit …………………………………………………………….
C’est pas une insulte vulgaire, c’est la description objective d’une réalité.


« nouveau message » – Commandement de payer 05-*** – Risque de formalisme administratif abusif – Etrangetés dans la gestion des courriels

Eric LUCAS autistasperger@gmail.com

21:34 (il y a 0 minute)

 
À CFP
Bonjour
 
Je fais un « nouveau message », comme vous me l’avez suggéré le 09/02/2022.
 
Je ne joins pas les échanges précédents… Puisqu’il faut faire un « nouveau message » et que vous n’avez pas voulu répondre à mes demandes et interrogations contenues dans le fil de courriels précédent.
 
Comme indiqué partout, mon prénom est « Eric » et mon nom est « LUCAS ».
La référence de l’acte incriminé (un « commandement de payer » est (comme déjà indiqué) : 05-***
 
Afin d’éviter de sombrer dans les affres de « l’abus de formalisme administratif » (dont vous ne voudrez peut-être pas être complice), je vous prie de me faire savoir si la mention de la référence de votre commandement de payer, ET celle de mes nom et prénom, sont insuffisantes pour vous permettre de savoir ce dont il s’agit.

Dans un tel cas, si vous confirmez cette impossibilité, je vous fournirai volontiers ma date et lieu de naissance.

Vous comprendrez peut-être que ce n’est pas à moi de faire des efforts (surtout s’ils sont imposés par des demandes inutiles donc abusives), alors que – pardon de vous le dire – c’est vous qui me demandez de l’argent : pourquoi donc devrais-je, par-dessus le marché, me soumettre à des fantaisies abusives, alors que déjà j’ai la gentillesse de vous contacter pour un dossier qui ne me concerne en rien, c’est à dire pour vous signaler une erreur de votre part.
 
J’aimerais savoir pourquoi vous avez tenu à m’expliquer que votre messagerie « n’est pas une messagerie instantanée ». C’est évident. Nous échangeons par courriels, comme c’est le cas des milliards de fois chaque jour, et, non, les courriels ne sont pas des messages instantanés. Et après ?
 
Et pourquoi me forcez-vous à faire « un nouveau message », ce qui ne peut que compliquer la communication ??
(Déjà que ce n’est « pas triste »…)
 
Dans ce « nouveau message », puis-je vous recopier mes messages précédents ? (Histoire que vous sachiez de quoi on parle, par exemple si vous « ne pouvez pas » lire les échanges précédents)
Ou faut-il que je rédige mon message et mes demandes avec « de nouveaux mots » ?

Merci.

Salutations.

 


Eric LUCAS
Martyr de l’Aboministration Française


CFP *** Amendes

Pièces jointes10:29 (il y a 11 heures)

 
À moi
Bonjour,
Je prends connaissance de votre mail, nous sommes plusieurs à traiter les mails et nous n’avons donc pas toujours l’historique des précédents échanges, d’où la demande de formuler un message complet rien de plus.

Après recherche avec la référence communiquée, il n’apparaît aucun dossier au nom de LUCAS Eric relié à la référence 05-***.
Soit ce commandement n’a pas été émis par notre trésorerie, soit effectivement il s’agit d’une erreur et vous auriez reçu à tord ce courrier.

Cordialement,


DGFIP Service Traitement des mails

Eric LUCAS

22:28 (il y a 0 minute)

 
À CFP
 
Bonjour et merci (?).
Comme on pouvait s’y attendre, le supplice continue.
 
1/ Je vous ai demandé pourquoi vous m’expliquez que votre système de messagerie « n’est pas une messagerie instantanée ».
–> Pouvez-vous expliquer pourquoi vous avez tenu à m’expliquer cette évidence ?
–> Ou est-ce que l’usager n’est pas jugé digne (ou capable) d’accéder à la compréhension des messages (erronés ?) de l’Administration ?
–> Ou est-ce que vous pourriez au moins reconnaître la vérité, à savoir que cette précision est inutile et résulte d’une erreur de la part de vos services.
 
2/ Ensuite, vous m’expliquez qu’il vous est difficile de savoir ce qui a été évoqué dans d’autres fils de courriels…
Je m’étonnais justement de l’obligation qui m’a été faite de faire « un nouveau message », ce qui ne peut, évidemment, que vous compliquer la tâche (déjà que « c’est pas simple », comme déjà dit).
–> Donc pourquoi cette obligation de faire des messages différents (ou des « nouveaux messages ») pour continuer un échange sur le même sujet ???  Nulle part dans le monde, je n’ai jamais vu ça, avec personne. —> Ai-je le droit de comprendre ?
–> Ou pouvez-vous admettre qu’il s’agit (encore) d’une erreur ou d’un malentendu de votre côté ?
 
3/ Concernant le commandement de payer, vous m’expliquez qu’il n’est pas relié à mon nom : évidemment, puisque je me tue à vous expliquer que je ne suis pas concerné par cette histoire…
Il y a une erreur de votre côté (encore une…).
–> Et c’est tout ? Vous n’allez rien faire pour la corriger ?
 
4/ Mes communications ont pour but de ne plus recevoir de messages ni de lettres ne m’étant pas destinées (à l’exception évidemment des présents échanges par courriel censés venir à bout de ce problème).
–> Pourriez-vous donc, SVP, me confirmer (ou infirmer) que vous avez bien pris les diligences nécessaires pour que je n’entende plus parler de ces histoires d’amendes (sauf vos réponses à mes demandes), et que je ne reçoive plus aucune lettre ou LRAR de vos services, concernant des histoires d’amendes à dormir debout ?
(Je n’ai pas quitté le Brésil depuis fin 2016… Et j’ai des preuves. Je n’ai donc pas pu prendre le train dans votre département.)
Je suis demandeur d’asile au Brésil, j’ai mis 9000 km entre moi et « l’Administration française » qui me pourrit la vie depuis des décennies, donc ce n’est pas pour recevoir encore des lettres ne me concernant pas, et sous la forme papier, ici dans mon refuge : c’est une atteinte insupportable.

–> Je vous prie de me faire connaître votre position sur ces 4 problèmes, et je vous remercie pour votre compréhension.


(Naturellement, s’il fallait ajouter ce dossier avec ceux des autres supplices administratifs français (pour un projet de plainte contre l’Etat pour mauvais traitements sur personne handicapée), ce serait facile, mais il y en a déjà « suffisamment », n’en jetez plus, merci.)
 
Salutations distinguées.
 
Eric LUCAS
 

 

MISE EN DEMEURE aux fins de cessation de harcèlement épistolaire par les finances publiques de la France

Eric LUCAS @gmail.com

01:38 (il y a 6 minutes)

 
À CFP
Le 25/02/2022
 
Bonjour
 
En attente de vos aimables réponses et diligences depuis une semaine (cf. courriels précédents, voir plus bas ou lire https://www.google.com/search?q=les+emails+pour+les+nuls), je viens de recevoir encoredeux nouvelles lettres de vos services… (créance 43.*** et autres)
 
Commandements de payer, mises en demeure, avis de saisie, peu importe : ça ne m’intéresse pas et je ne veux plus entendre parler de ces histoires et courriers non-sollicités ne me concernant en rien.
Dans quelle langue il faut vous le dire ???…
 
Je vous prie donc, encore une nouvelle fois de plus, de bien vouloir répondre à mes questions et demandes déjà exprimées il y a une semaine
et je vous prie aussi de bien vouloir me faire savoir COMMENT FAIRE CESSER CE HARCELEMENT INSTITUTIONNEL de votre part.
 
Je vous rappelle : 
– que votre service, qui apparemment fait partie des Impôts de l’Etat français, se livre à un harcèlement épistolaire sur ma personne ;
– que j’ai quitté votre pays (la France, ce « cher » pays des « droits de l’Homme normal ») précisément à cause des tortures administratives ;
– que je n’ai VRAIMENT pas besoin que vous en rajoutiez (je n’avais encore jamais eu de tortures de la part des impôts, mais merci, de grâce, n’en jetez plus !) ;
– que je suis demandeur d’asile auprès de la République Fédérative du Brésil, justement à cause de ces supplices, et que je ne manquerai pas de rajouter le petit dossier qui vous concerne, autant au niveau du Brésil, comme nouvelle preuve des supplices, qu’au niveau de la France et la Cour Européenne des Droits de l’Homme pour une plainte pour mauvais traitements sur personne autiste handicapée.
 
Je suis certain que mes explications vous laisseront de marbre, puisque « c’est la France » (donc le mépris et l’indifférence par l’Administration pour quoi que ce soit d’humain), mais je n’ai pas d’autre choix – avec vous comme avec tous les autres organes publics français qui me pourrissent la vie depuis tant d’années – que de vous demander, ENCORE UNE FOIS, de me laisser tranquille.

Que dois-je donc faire pour cela ??
Encore une grève la faim ??
C’est pas un problème, et médiatiquement parlant ce serait « amusant »… Je n’aimerais pas être à la place du chef de service sur qui ça va tomber…
 
Je vous ai fourni des numéros, des références : vos services sont-ils donc tellement désorganisés que ça ne vous suffit pas ???
Et non, je ne vous fournirai pas encore une fois ma ville et date de naissance. Ce n’est pas à moi de faire tout le travail. J’imagine qu’il y a des gens là-haut dans vos bureaux, et peut-être qu’ils sont payés ??
 
Moi, je suis handicapé demandeur d’asile, j’ai fui mon propre pays à cause de votre Administration DEFICIENTE et INHUMAINE, et en plus on m’a supprimé l’AAH (et on me demande de la rembourser !).

Alors vos lettres à dormir debout, c’est TROP !!!!!!!!!!!

SVP, LAISSEZ-MOI TRANQUILLE !!
 
Comment faut-il le demander ??
Il faut que je porte plainte ?
Et donc que je passe des années à essayer d’avoir une Aide Juridictionnelle pour ça ??

Si ce n’est pas de la torture, c’est quoi ??????
Je vous demande, pour la dernière fois par courriel, de supprimer de vos tablettes mon adresse (542 avenida Nossa Senhora de Copacabana à Rio de Janeiro).

A la prochaine lettre que je reçois, je considérerai le harcèlement et l’incurie comme flagrants, et ce sera donc, comme toujours avec l’Administration française, le début d’une nouvelle lutte à vie contre la kafkaïennerie sans fond.

 
On ne pourra pas dire que je n’ai pas été patient et explicite.
 
Je ne sais pas si je dois vous saluer.
Surtout pas « cordialement », en tous cas (il ne manquerait plus que ça).

Eric LUCAS
Martyr de l’Administration Française

(avec maintenant le concours des Finances publiques… fff…)
 

Eric LUCAS

01:13 (il y a 0 minute)

 
À CFP
17/03/2022
 
Bonjour
Je reçois encore une de vos maudites lettres, à l’adresse mon appartement ici à Rio de Janeiro, malgré toutes mes suppliques et explications pour vous prier de faire cesser ce harcèlement.
 
Qu’est-ce que je dois faire exactement pour que vous me laissiez tranquille ???
Pouvez-vous me répondre à cette question ? 
N’ai-je pas droit à une réponse ?
Pourquoi toute cette torture abominable ?
 
Est-ce que je peux ou est-ce que je dois porter plainte ?
Comment se défendre contre ces sévices administratifs ?
Je vous pose ces questions sérieusement.

Dans l’attente de votre réponse.

Merci (?).

Eric LUCAS
 
 

CFP *** Amendes

Pièces jointes06:55 (il y a 11 heures)

 
À moi
Bonjour,

Les courriers que vous recevez sont au nom de M    *** qui est déclaré comme étant votre partenaire de pacs avec une adresse commune déclarée au service des finances publiques.

Vous n’êtes donc pas concernés par nos envois et nous n’avons donc pas de renseignements à vous donner puisque vous n’êtes pas désignés sur les courriers que nous envoyons.

Cordialement,

 
 

Eric LUCAS

19:33 (il y a 0 minute)

 
À CFP
Attn. Centre des finances publiques françaises « Brest Amendes »
Le 18/03/2022
1.
« Les courriers que vous recevez sont au nom de M  *** *** qui est déclaré comme étant votre partenaire de pacs avec une adresse commune déclarée au service des finances publiques. »
–> J’ai déjà expliqué maintes fois, cette année aux services des impôts sur sa messagerie interne, que je ne vis plus, depuis des années, avec mon « partenaire de pacs ».
(L’ancienne adresse était à Brest, et d’ailleurs il n’y vit plus non plus.)
J’ai donc fourni ma nouvelle adresse, qui est au Brésil (et à laquelle votre « système » m’adresse maintenant ces courriers indésirables et harcelants).
Avant que votre service n’entame ses agissements à mon détriment, j’avais déjà reçu un « avis de dégrèvement » à mon adresse ici, qui modifiait zéro euro en zéro euro (dégrèvement particulièrement ubuesque, mais « c’est normal »), et qui était envoyé à « mon partenaire » et à moi-même, c’est à dire sans tenir compte de notre séparation de fait ; et en plus, ce nouvel avis comportait toujours comme « adresse d’imposition » (dans une colonne à gauche) l’ancienne adresse à Brest…
J’avais donc protesté (toujours dans cette messagerie) en demandant à faire supprimer cette adresse de Brest (qui n’a aucun sens, et je ne sais pas qui est le nouveau locataire), et aussi de faire supprimer la mention de mon ami sur les ADRESSES D’ENVOI de mes avis d’imposition, puisqu’il ne vit plus avec moi (c’est logique, non ?). 
Mes demandes et suppliques furent aussi vaines qu’avec vous, bien sûr, puisque votre pays est le « pays de l’impossible », même pour des choses aussi simples.
Et vous continuez à m’envoyer vos satanées lettres…
Si c’est pas de la torture, c’est quoi ?
2.
« Vous n’êtes donc pas concernés par nos envois et nous n’avons donc pas de renseignements à vous donner puisque vous n’êtes pas désignés sur les courriers que nous envoyons. »

2.1 
–> Oui, c’est bien ce que je dis, je ne suis pas concerné, et donc je ne veux plus recevoir ces lettres qui ne me concernent pas mais qui me parviennent pourtant, car elles comportent le numéro de mon appartement. C’est mon droit ! JE NE SUIS PAS CONCERNE, vous le dites vous-même, en plus, et JE NE VEUX PLUS RECEVOIR CES LETTRES. Je vous ai déjà expliqué que si j’ai fui votre pays mortifère et torturant, c’est pour entendre parler le moins possible de son Administration, et certainement pas pour recevoir des lettre automatiques ABSURDES qui NE ME CONCERNENT PAS, dans mon refuge !

2.2.
 –> Dans quelle langue est-ce qu’il faut le dire ??? Je n’arrête pas de vous demander la même chose depuis je ne sais combien de temps, et cette demande (de me laisser en paix) est TOTALEMENT IGNOREE : POURQUOI ? J’ai le droit de savoir pourquoi on me pourrit la vie à ce point, même ici !
Pourquoi ne faites-vous aucun effort pour faire cesser cette torture ???
Même pas un commentaire, rien… Vos réponses laconiques (si on enlève tous les malentendus et autres problèmes) ne font jamais allusion à la moindre possibilité d’en finir et de me laisser tranquille !
Aucun espoir de s’en sortir, jamais, avec la machinerie robocratique française !
POURQUOI CETTE MALTRAITANCE ??
Qu’est-ce que je vous ai fait, encore, aux impôts ? A ma connaissance, je n’ai encore irrité aucun « petit chef » chez vous… (ce qui expliquerait les supplices et autres mesures de rétorsion discrète)

2.3.
 –> Je ne vous ai jamais demandé de me fournir des renseignements concernant des personnes désignées sur vos courriers qui ne seraient pas moi.

2.3.1. 
–> Mais pourtant, vous me donnez des renseignements qui ne me concernent pas, qui sont contenus dans ces fichues lettres : quid ??
A un moment donné, il faut être logique : si (comme vous le dites) vous ne voulez pas me donner de renseignements ne me concernant pas (et ce que je n’ai jamais demandés !), alors il ne faut pas m’envoyer de lettres contenant des renseignements ne me concernant pas, ne croyez-vous pas ?

2.3.2. 
–> Les seuls renseignements que je vousai demandés dans le courriel précédent sont les suivants :
Qu’est-ce que je dois faire exactement pour que vous me laissiez tranquille ???
Pouvez-vous me répondre à cette question ? 
N’ai-je pas droit à une réponse ?
Pourquoi toute cette torture abominable ?
Est-ce que je peux ou est-ce que je dois porter plainte ?
Comment se défendre contre ces sévices administratifs ?
Je vous pose ces questions sérieusement.
En plus, j’ai bien précisé que ce sont des questions que je pose SERIEUSEMENT, mais c’est tout autant méprisé !
Si vous lisez ce que j’ai écrit dans ce précédent courriel, vous verrez que les renseignements que je demande ne concernent pas du tout mon ami (je crois qu’un enfant de 10 ans pourrait le comprendre, pardon), ils me concernent moi (puisque je suis la victime de vos envois intempestifs et inconsidérés, et « non-sollicités »), mais vous n’avez fourni aucun élément de réponse, même pas une vague promesse de faire cesser ce nouveau cauchemar, dont je me passerai volontiers car j’en ai déjà suffisamment de la part de l’Administration française, ce que j’ai expliqué et ce qui vous laisse de marbre, dans vos explications tout aussi robotiques que vos envois.
2.3.3. –> Pourquoi est-ce que vous ne me fournissez pas les renseignements auxquels j’ai droit (en tant que victime de vos envois aberrants), et que j’ai très précisément demandés dans mon courriel précédent et dans les autres ?
2.3.3.1. –> N’ai-je donc pas le droit d’au moins savoir quelle serait l’explication administrative retenue censée justifier ce refus méprisant d’informations ?
2.3.4. –> Pourquoi prétendez-vous que ces questions (ces demandes de renseignements) concernent mon ami, ce qui n’a aucun sens puisqu’ils concernent uniquement vos agissements à mon égard, en la matière d’envois postaux inappropriés et de l’exigence de justification et de cessation qui s’impose ?
3. 
– Je ne vais pas vous re-demander encore de faire cesser ces envois, puisque je l’ai assez fait, et puisque vos réponses ne montrent aucune intention de votre part pour faire cesser cette maltraitance institutionnelle.
– Je ne vais pas non plus vous demander encore ce qu’il faut faire pour faire cesser cela, puisque vous n’y répondez pas (ou, pire, puisque vous imaginez que cette question est relative à des informations concernant un tiers).
3.1. –> En revanche, puisque ce « cirque » n’est pas près de cesser, je vous prie de m’indiquer quelle est la politique formelle d’accessibilité relative aux personnes handicapées autistes (ce qui est mon cas) qui serait mise en oeuvre par votre ministère.
Pour ce faire, vous voudrez peut-être vous rapprocher du « référent handicap » de votre ministère.

3.2. –> Je vous prie de bien vouloir ne pas ajouter d’obstacles supplémentaires dans le traitement de cette demande qui manifestement est pertinente, au vu des errements constatés.

Je vous ai supplié autant que je le pouvais de me laisser tranquille : c’est souverainement ignoré.
Je vous ai demandé d’au moins me fournir des justifications à cette torture : c’est pareil.
Après tout, si vraiment vous voulez qu’on s’embarque, avec les « Finances Publiques » également, dans des « litiges administratifs lourds avec l’Etat », eh bien c’est vous qui décidez, on ne pourra pas dire que je n’ai pas fait ma part [pour l’éviter].
Et puis finalement, ce serait logique : je crois qu’il ne manquait plus que vous (les Finances Publiques de la France) à cette sinistre fête.
Et question représailles, franchement je m’en fiche, faites-vous donc plaisir, je suis sous la protection de la République Fédérative du Brésil, et il n’y a aucun risque pour que je revienne dans votre pays : plutôt mourir.
Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l’assurance de mon attentive considération.

Eric LUCAS
Martyr de l’Administration Française


 

Enregistrement d’une réclamation auprès du Défenseur des droits

Bonjour,

Votre demande a été enregistrée, en date du 23/03/2022, sous les références :

  • Numéro de dossier : 22-W-***
  • Numéro de suivi : ***

Elle sera traitée dans les meilleurs délais.

Dans cette attente, nous vous prions d’agréer l’expression de notre considération distinguée.

 

DelDDD29 – SERBA Jacques

mer. 27 avr. 09:36 (il y a 5 jours)
 
À moi
Bonjour Monsieur,

je vous conseille de prendre l’attache du conciliateur de la Direction départementale des finances publiques du Finistère.

Le mail: conciliateurfiscal29@dgfip.finances.gouv.fr

Cordialement

Jacques SERBA

Délégué du Défenseur des Droits


conciliateurfiscal29@dgfip.finances.gouv.fr

04:09 (il y a 12 heures)

 
À moi
Bonjour,

Merci pour votre réponse.
Pourriez-vous également nous transmettre, par mail, copie du ou des courriers reçus afin de pouvoir orienter ou interroger le service correspondant ?

Cordialement,

Le secrétariat du conciliateur fiscal 


Envoyé : samedi 30 avril 2022 à 02:45

Eric LUCAS autistasperger@gmail.com

16:09 (il y a 1 minute)

 
À conciliateurfiscal29

Bonjour et merci.

Mon scanner ne marche plus et je suis fatigué par ces tortures administratives françaises à vie.
Je ne veux pas être « orienté » sans cesse « ailleurs » : c’est de la torture.
Le centre incriminé est : CFP BREST AMENDES
Compte ***
Les maudites lettres sont adressées à *** ***, ici à mon appartement N°*** au *** de l’avenida Nossa Senhora à Rio.
Mon ami pacsé *** *** n’a jamais mis les pieds au Brésil, je n’ai donc pas à recevoir, chez moi, dans mon refuge, des lettres lui étant destinées.
Je suis DEMANDEUR D’ASILE officiellement au Brésil depuis 2017 à cause des tortures administratives françaises. Ce n’est vraiment pas la peine que les impôts viennent, sur le tard, en rajouter une couche.
Vous trouverez un récapitulatif des « dialogues » robotiques et absurdes avec ce satané centre, ici : https://ericlucas.org/bureaucratistan-impots-nouveaux-errements-rocambolesques-et-fatigants-par-l-aboministration-francaise/   (Ne pas tenir compte de mes commentaires désobligeants de l’article.)
Bien que ces sévices tendent à renforcer encore un peu plus mon dossier de demande d’asile, je vous serais tout de même reconnaissant de bien vouloir faire en sorte qu’ils cessent, et de bien vouloir m’en informer.
Respectueusement,
Eric LUCAS
Martyr de l’Administration Française
 
 
P.S.
Pour rappel :
 
« 3.1. –> En revanche, puisque ce « cirque » n’est pas près de cesser, je vous prie de m’indiquer quelle est la politique formelle d’accessibilité relative aux personnes handicapées autistes (ce qui est mon cas) qui serait mise en oeuvre par votre ministère.
Pour ce faire, vous voudrez peut-être vous rapprocher du « référent handicap » de votre ministère. »