Bureaucratistan – Consulat-BR-RJ : Nouveau rappel de demande d’assistance socio-administrative

20200518_ELO_ICAIRASV-Résidence---FR-MEAE-Consulat-BR-RJ_Nouveau-Rappel-Demande-assistance-socio-administrative3

Afficher le document PDF dans une nouvelle fenêtre


P.S. du 06/06/2020

Monsieur le Chef de Chancellerie,
Madame la Responsable du Service Social,
Consulat de France à Rio de Janeiro

J’ai bien compris que je dérangeais, mais je ne vois vraiment pas comment faire à part demander de l’aide, n’ayant pas de baguette magique pour forcer l’Hydre à arrêter la torture, ou à répondre.

J’ai bien compris aussi que ma communication n’était pas adaptée. J’ai tout essayé, du plus lisse au plus brut, enfin dans mes possibilités actuelles : rien ne fonctionne. 

Il est clair que je ne peux pas mentionner qu’il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut rien entendre : un tel propos outrageant et lèse-fonctionnaire serait utilisé pour dissuader encore plus de me répondre (pour dire les choses poliment).

On me reproche ceci et cela sur mes lettres ou autres, mais quand je demande l’aide à la communication nécessaire pour que les gens comprennent ce que je dis ou ce que j’écris (et à laquelle j’ai droit), là il n’y a plus de son plus d’image.
Les gens administratifs ne comprennent jamais rien, alors que « l’homme de la rue », lui, comprend immédiatement le problème.

Problème que les serviteurs de l’Hydre n’ont pas le droit de reconnaître. Alors je fais comment ????

Pour opprimer, pour pourrir la vie des gens, pour les mépriser, pour les pousser au suicide parfois, le pouvoir de cet Etat est prodigieux : « The sky is the limit ».
En revanche, dès qu’il s’agit de reconnaître ses erreurs, ou de les corriger, là il n’y a plus personne, et la phrase consacrée est « Oui nous comprenons, vous avez raison, mais l’Administration ne peut pas bla bla bla. ».

Qui est incapable, qui est handicapé, qui refuse de communiquer ??

Qu’est-ce donc qu’un pays qui fait étalage de puissance pour martyriser les personnes sans défense, mais qui est inerte à ce point (dit poliment) dès qu’il s’agit de bon sens, d’humanité, de coeur ?

C’est ça, la France ? C’est ça, que vous êtes censés promouvoir avec votre ministère ? Des affaires bien étranges en vérité.

En attendant que quelqu’un ait le courage de mettre fin à ce cauchemar qui fêtera dans deux semaines un DIX-HUITIEME anniversaire dont on se serait bien passé, je ne peux que vous prier, une fois de plus, de bien vouloir trouver ci-joint ma dernière lettre en vain.

J’attends toujours l’aide donc le dialogue promis par votre ministère suite à intervention de la présidence du pays de Molière et de sa plus célèbre pièce.
Par écrit bien sûr, car je ne supporte plus du tout les promesses et la « compréhension » verbales.

Je vous prie de bien vouloir accepter de lire, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations.

 


 

ICAIRASV (Injustices et cauchemar administratifs imposés dans la relation avec mon ami soutien de vie)

Nouveau rappel de demande d’assistance socio-administrative

Rio de Janeiro, le 18 mai 2020

Madame la Responsable des Affaires Sociales

Je suis navré de devoir revenir vers vous, j’imagine à quel point cela peut être irritant, mais il faut aussi songer au fait qu’un cauchemar qui dure depuis bientôt 18 ans l’est infiniment plus pour moi.

Je ne vois vraiment pas comment faire, à défaut d’indications, de réponses, d’aide, de quoi que ce soit.

Je pense que toutes mes tortures administratives (même la séquestration médico-administrative d’il y a 25 ans) sont dues à des crimes de lèse-fonctionnaire, chose qui arrive très vite même quand je fais des efforts (ce qui explique aussi pourquoi je n’en fais plus beaucoup : à quoi bon ?).

Visiblement, on n’est pas faits pour s’entendre, entre l’Autistan et le Bureaucratistan.

Sauf que moi, j’ai le droit à la justice et à l’équité.

Pour faire court, je vous prie de bien vouloir me faire savoir si vous acceptez de m’aider pour préparer une demande de grâce pour l’Elysée pour juin 2022 (pour obtenir la naturalisation de mon ami).

Comme cela fera 20 ans de torture (initiée par les bons soins de votre Ministère, et au fait ça n’a rien à voir avec le 11-septembre car mon ami n’a vraiment pas le profil et le Consul m’en aurait parlé – j’ai gardé les enregistrements), je me disais que même si évidemment l’Hydre (les ministères) ne voudra JAMAIS faire quoi que ce soit pour nous aider (ce qui le forcerait à reconnaître piteusement ses lamentables fautes, chose impossible), peut-être que du côté de la Première Dame il pourrait y avoir éventuellement comme une sorte de possibilité de l’ombre d’un ersatz de soupçon d’espoir, sait-on jamais.
Tout le problème c’est qu’il faut faire en sorte qu’elle ou son mari prenne connaissance de ce martyre inique.
Si c’était fait, il me semble évident que l’un ou l’autre (même en ayant d’autres préoccupations) n’accepteraient pas que dure une telle ignominie.

Et comme le Président est apparemment le seul qui peut dire stop, la solution est en fait très simple.

On me dira qu’il y a d’autres problèmes, que d’autres gens souffrent bien plus : c’est vrai, mais ce n’est pas une raison.

Les injustices et les fautes sont flagrantes dans cette affaire, il faut que ça cesse, c’est tout.

Je sais bien que les fonctionnaires parviennent à supporter l’injustice (sans quoi, comment pourraient-ils faire ce travail ?), mais moi je ne suis pas fonctionnaire et donc je ne suis pas tenu d’accepter le grand n’importe quoi, l’arbitraire, la petitesse, l’hypocrisie, la langue de bois, enfin bref les règles du Bureaucratistan :  je ne suis pas payé pour ça.

Je suis un homme libre.
La devise de la France, c’est « Liberté, Egalité, Fraternité » : eh bien j’attends toujours de voir.

Désolé mais je suis bien obligé de tenir compte de la lettre du MASAS mentionnant une aide par votre Consulat puisque c’est la seule miette positive que j’ai reçue depuis de nombreuses années.
(Je l’ai même maintenant plastifiée et apposée sur une paroi : c’est mieux que rien, c’est une aide virtuelle, visuelle, on ne sait plus et on devient ‘dingue’ avec cette torture démente et interminable.)

Je sais qu’il est ridicule d’imaginer que, juste parce que ça fera 20 ans que ça dure et parce que c’est un nombre ‘rond’, alors cela pourrait être un motif qui pourrait amadouer le système et faire naître une étincelle de gentillesse ou – qui sait – d’humanité (un peu comme à Noël), mais… J’en suis là, dans les idées et les ‘espoirs’.

Certes je n’ai pas encore tout essayé. Concernant un record Guinness ça prendrait vraiment un temps fou (un an ?) pour compiler toutes mes demandes d’aide (en masquant certaines données, concernant mon ami), et je préfère utiliser ce temps pour l’aide pour les autistes (chose très difficile, mais au moins possible, contrairement aux espoirs de quoi que ce soit de sensé ou positif de la part de l’Etat français).
Evidemment, je pourrais toujours essayer de faire encore une grève de la faim, de manière plus sérieuse, mais là encore on se heurte au côté aberrant de mettre ma vie en danger alors que je suis l’une des rares personnes dans le monde qui peut faire comprendre et aider les autistes et notre cause.
(On ne peut pas juger cette affirmation sans la vérifier.)

C’est donc méga-cornéli-kafkaien.
Et dans l’indifférence crétine – mais néanmoins coupable – du système.

J’espère donc que les problèmes dus à la pandémie vous laisseront du temps pour essayer de m’aider (à distance et par écrit bien sûr), et je suis désolé pour les aspects désagréables de ma communication provenant des pics d’exaspération par moments, face à l’insoutenable.
Il ne faut surtout pas prendre les choses à titre personnel, c’est déjà bien assez compliqué comme ça, et surtout d’autres l’ont déjà fait avant vous et tout le problème est là, ce qui crève les yeux.

Note : Surtout pour la forme, je vous demande aussi – officiellement par cette LRAR – si l’Etat français consent à aider (d’une manière ou d’une autre) ma tentative de construction d’une plateforme d’entraide pour les autistes (https://Autistance.org), chose que l’Administration, engluée dans son impuissance et ses contradictions, ne daigne ni ne peut faire elle-même, manifestement.
Evidemment il serait ‘cocasse’ que la France m’aide dignement d’un côté tout en me martyrisant éhontément de l’autre, mais je suis bien obligé de demander, sans quoi on me rétorquerait avec justesse qu’on ne peut pas m’aider si on ne connaît pas la demande.

Il faut bien essayer, comme au loto.

En déplorant cette situation, je vous prie d’agréer, Madame la Responsable des Affaires Sociales, l’expression de mes salutations distinguées.

Eric LUCAS
Martyr Administratif Français

 

« Aux personnes en situation de handicap,
je veux ici dire très solennellement que
la République sera toujours à leurs côtés
et qu’à chaque fois qu’il y a une difficulté, une impasse, une épreuve,
qu’ils n’ajoutent pas une forme de culpabilité à ce qu’ils vivent :
c’est la nôtre, de culpabilité, pas la leur.

Eux, ils ont à croire dans leurs rêves.

Votre différence, ça n’est pas celle que nos regards
– trop habitués aux normes – croient voir :
votre différence, c’est votre potentiel. »

Emmanuel MACRON
Conférence Nationale du Handicap
Palais de l’Elysée
11/02/2020